محاضرات السنة أولى تحضيري- وأعمال تطبيقية

 

مقياس: محاضرات في منهجية العلوم السياسية

د.خواص مصطفى

"Mustapha Khouas" <khouas@gmail.com>

المحاضرة الخامسة: الفرض العلمي 

الرابط:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1351.pdf

المحاضرة السادسة: الدراسات السابقة

الرابط:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1352.pdf

المحاضرة السابعة: طرق تصميم البحث: المناهج الكمية والكيفية والمختلطة.

الرابط:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1353.pdf

المحاضرة الثامنة: البحث النوعي: أدوات جمع البيانات والاستراتيجيات

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1364.pdf

المحاضرة التاسعة:  البحث النوعي: أدوات جمع البيانات والاستراتيجيات (تابع)

الرابط:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1386.pdf

 

مقياس: مقياس التاريخ المعاصر للجزائر

البروفيسور عبد الوهاب بن خليف

Benkhelif Abdelouahab" <benkhelif10@yahoo.fr>

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1373.pdf

 

برنامج مقياس تاريخ الفكر السياسي الحديث والمعاصر

د.بولالوة ياسين

<yacineboulaloua@yahoo.fr>

 

  • المحور الأول: الفكر السياسي المسيحي والدولة البابوية (المسيحية وتوظيفها السياسي من قبل الامبراطورية الرومانية، البابوية وعلاقتها بالسلطة الزمنية في أوربا، القديس أغسطين ونظرته للعلاقة بين السلطتين...)
  • المحور الثاني: الفكر السياسي عند المسلمين (مرتكزات دولة صاحب الشريعة، الدين وتوظيفه السياسي في دولة الغلبة الأموية والعباسية، الفرق السياسية في الخبرة الإسلامية، الاتجهات الرئيسة في الفكر السياسي عند المسلمين)
  • الحداثة الغربية وعصر النهضة والتأسيس للبرالية السياسية (الاصلاح الديني في أوربا، مرتكزات الحداثة الغربية، الفصل بين المجالين السياسي والديني مع ماكيافللي هوبز وبودان وفلاسفة العقد الاجتماعي، الثورة الصناعية والفكر الكولونيالي ...)
  • الاشتراكية الطوباوية والعلمية  (سان سيمون، ماركس وانجلز، لينين والثورة البلشفية، تروتسكي، ستالين، الماوية والثورة الثقافية)
  • التيارات الأصولية في أوربا ومدارس ما بعد الحداثة (النازية والفاشية والحربين العالميتين، تيارات ما بعد الحداثة، الثورة التكنوترونية والحرب الباردة...)
  • النهضة العربية وإعادة قراءة التراث (تيارات النهضة العربية، التجديد في التراث السياسي والديني، القومية العربية والدولة الوطنية، الإسلام السياسي والتطرف الديني...)
  • الفكر السياسي في إقريقيا والثورات التحررية ومناهضة الاستعمار (الثورة الجزائرية ومبادئ التحرر وعدم الانحياز، الأبارتيد وفكر مانديلا في محاربة الميز العنصري...)
  • النظام العالمي الجديد (براديغمات حوار وصدام الحضارات، نهاية التاريخ، الفوضى، الإرهاب، التنمية المستدامة ..)

 

ملاحظة: كل محور يحتاج إلى بحثين أو أكثر، وللسادة أعضاء هيئة تدريس المقياس واسع النظر في توزيع البحوث وتحديد مضامينها بما يتماشى مع الخطة المقترحة.

 

مقياس تاريخ الفكر السياسي الحديث والمعاصر

د.بولالوة ياسين

<yacineboulaloua@yahoo.fr>

محاضرة: مقدمة منهجية لدراسة تاريخ الفكر السياسي

تحمل على الرابط التالي: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1328.pdf

محاضرة: الدولة العالمية والعصر الهليني

تحمل على الرابط التالي:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1329.pdf

محاضرة: الدين وعلاقاته بالفكر السياسي

الرابط:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1374.pdf

محاضرة: الفكر السياسي عند المسلمين

تحمل على الرابط التالي: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1330.pdf

 

قسم التحضيري ليسانس -السنة الأولى-

المقياس : نظرية الدولة

أستاذ المقياس: طارق تاحي

البريد الالكتروني: tahitarek@hotmail.fr

نوع المقياس : محاضرة

 

البرنامج

1- ماهية النظرية والنظرية السياسية

2- النظرية المثالية (المطلقة): هيقل

3- النظرية الفردية: جون ستيوارت ميل  وسبانسار .

4- النظرية اللبرالية: هوبر، جون لوك ، جون جاك روسو، مونتسكيو

5- النظرية النقدية: كارل ماركس، أنجلز.

6- النظرية الديمقراطية: روبرت دال، أليكسيس دو تكفيل.

7- نظرية العدالة، جون رولز.

8- التصور الإسلامي لنظرية الدولة

9- تطور نظرية الدولة في ظل المتغيرات الدولية الجديدة .

 

 

قائمة المراجع

- فلاديمير لينين، الدولة والثورة، سلسلة كراسات ماركسية (2)، دار روافد للنشر والتوزيع،2014.

- هارفي سي مانسفيلد، توكفيل: مقدمة قصيرة جداً، ترجمة: مصطفى محمد فؤاد، القاهرة: مؤسسة هنداوي للتعليم والثقافة، 2016.

- ألكسيس دو توكفيل، الديقراطية في أمريكا، ترجمة: أمين مرسي قنديل، القاهرة: عالم الكتب.

- أندرو هيوود، النظرية السياسية، ترجمة لبنى الريدي، القاهرة: المركز القومي للترجمة، 2013.

-أ.م. جود، النظرية السياسية الحديثة، ترجمة : عبد الرحمان صدقي، القاهرة: الهيئة العامة لقصور الثقافة، 2012.

- جان توشار، تاريخ الفكر السياسي، ترجمة: علي مقلد، بيروت: الدار العالمية. 1983.

- ستيفن ديلو، التفكير السياسي والنظرية السياسية والمجتمع المدني، ترجمة: ربيع وهبة، Allen and Bacon publications، 1997.

- روبرت دال، التحليل السياسي الحديث، ترجمة: علا أبو زيد، الطبعة الخامسة، القاهرة: مركز الأهرام للترجمة والنشر، 1993.

- جون رولز، نظرية العدالة، ترجمة ليلى الطويل، دمش: الهيئة العامة السورية للكتاب، 2011.

 

ملخص المحاضرة الأولى: ماهية النظرية والنظرية السياسية

المحاضرة الثانية: النظرية المثالية (المطلقة): هيغل نموذجاً

المحاضرة الثالثة: النظرية الفردية :جون ستيوارت ميل، سبانسر

المحاضرة الرابعة: النظرية اللبرالية (أصحاب العقد الاجتماعي): هوبز، جون لوك ، جون جاك روسو

الرابط:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1375.pdf

تابع  المحاضرة الرابعة: مونسكيو ومبدأ الفصل بين السلطات

على الرابط المبين أدناه:

https://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1321.pdf

المحاضرة الخامسة: - النظرية النقدية الكلاسيكية: كارل ماركس، أنجلز.

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1347.pdf

المحاضرة السادسة: النظرية الديمقراطية للدولة

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1342.pdf

المحاضرة السابعة: - نظرية العدالة، جون رولز.

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1358.pdf

المحاضرة الثامنة: التصور الإسلامي لنظرية الدولة.

الرابط:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1400.pdf

المحاضرة التاسعة: تطور نظرية الدولة في ظل العولمة .

الرابط:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1412.pdf

مقياس: محاضرة مدخل لعلم العلاقات الدولية-

الأستاذ د.خيدر محمد

البريد الإلكتروني kheder_karim@yahoo.fr

 

برنامج محاضرات مدخل لعلم العلاقات الدولية

الرابط:https://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1316.pdf

المراجع الأساسية للمحاضرات:

الرابط:https://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1317.pdf

الملاحظات العامة حول المقياس:

الرابط:https://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1318.pdf

ملخص المحاضرات التي تم تقديمها:

الرابط:https://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1319.pdf

المحاضرة السادسة:

الرابط:https://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1320.pdf

المحاضرة السابعة:

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1333.pdf

المحاضرة الثامنة: الفواعل في العلاقات الدولية

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1348.pdf

المحاضرة التاسعة: الفواعل غير الدولة.

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1365.pdf

المحاضرة العاشرة: الفواعل غير الدولة (تابع).

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1389.pdf

المحاضرة الحادية عشر: العوامل المؤثرة في سلو ك الفاعل الدولي

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1399.pdf

المحاضرة الثانية عشر: العوامل المؤثرة في سلو ك الفاعل الدولي (تابع)

الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1414.pdf

 

مقياس مدخل إلى علم العلاقات الدولية ( أعمال تطبيقية-الفوج: 3-4) 

الأستاذ رامي حميد

برنامج الأعمال التطبيقة ( توزيع البحوث على الطلبة)

الفوج 3

 الرابط: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1350.pdf

ملخص البحث 7: المقاربة الواقعية في العلاقات الدولية.

http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1345.pdf

ملخص البحث الثامن: الطرح الليبرالي

الرابط:http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1366.pdf

 

مقياس مدخل إلى علم العلاقات الدولية ( أعمال تطبيقية-الفوج 5) 

الأستاذ غول حمزة

 

يطلب من طلبة الفوج 5، متابعة الرزنامة الدراسية مع أستاذ المادة عن طريق الإيميل المرفق في البرنامج المرفق أدناه

وتحميله على الرابط التالي:

http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1306.pdf

 

English

Maha al6zaim Benabdellaziz"

First Year , Groups 4 & 5

lien: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1378.pdf

 

 

Module : conférence  Textes politiques

Mme GHEBALOU Yamilé

Professeur ENSSP

 

Première année groupes 4 et 5

 

Présentation du programme du module conférence  Textes Politiques  assuré en langue française

 

Nous avons choisi, pour un public de jeunes adultes  tels que le sont nos étudiants de première année, d’aborder un thème clé et majeur de notre époque, comme le confirment les évènements que nous vivons aujourd’hui, tout en essayant de renforcer ou de donner des éléments de langue française, principalement à l’oral

Ce thème clé est celui du développement durable et de l’écologie dans la gouvernance notamment des pays. Nous nous référons aux documents mis en ligne sur le site des nations unies

https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/

https://www.undp.org/content/undp/fr/home/sustainable-development-goals/resources.html

https://www.unenvironment.org/fr

https://www.un.org/youthenvoy/fr/2013/08/pnue-programme-nations-unies-lenvironnement/

 

Programme de la conférence : l’enseignante a une double démarche : 1/introduire et développer des éléments d’informations concernant  la problématique du développement durable, telle qu’énoncée par les nations unies et mise en place par les différentes instances qui représentent les nations unies, au niveau international et national.

2/Apporter aux étudiants des éléments de méthodologie générale mais aussi d’apprentissage de la langue française, principalement à l’oral, en permettant aux étudiants de s’exprimer de manière disciplinée et organisée dans chaque séance.

 Ainsi, chaque séance commence par une récapitulation orale de la séance précédente effectuée par un ou plusieurs étudiants. Lorsqu’un texte a été donné pour préparer sa lecture, on demande aux étudiants de préparer des questions sur ce texte de manière à approfondir l’usage des outils d’interrogation dans la phrase française. On leur demande aussi de préparer les réponses pour développer chez eux l’aptitude à faire des phrases logiques en utilisant notamment les connecteurs logiques.

 

Le cours du premier semestre  a permis d’aborder les points suivants, essentiels à la compréhension de la problématique du développement durable :

Première séance : qu’est-ce que le développement durable ? Que veut dire cette expression ? D’où vient –elle ? Eléments d’histoire et d’histoire politique. (La révolution industrielle, implications du modèle capitaliste de développement, notamment)

Deuxième séance : Le club de Rome et la vulgarisation de la notion de développement durable.

Troisième et quatrième séance : Les grands sommets sur le développement durable et leurs implications politiques, économiques et écologiques.

Nous avons insisté sur les contradictions qui agitent, dès le départ, les représentants des pays, notamment ceux du Nord et ceux du Sud dont les intérêts ne convergent pas nécessairement.

Cinquième séance : les outils du développement durable tels que proposés par les Nations Unies : Les ODD ou objectifs de développement durable.

 Sixième séance et Septième séance  : Les acteurs du développement durable tels qu’ils apparaissent dans la démarche des Nations Unies

Les états, les Ministères concernés, les institutions étatiques, la société civile et ses différents représentants.

Nous avons ajouté le rôle d’ONG célèbres telles que Green Peace notamment, ainsi que le rôle des donneurs d’alerte.

Huitième séance :   La démarche de conscientisation et de consultation mise en place par l’ONU en concertation avec les états.

Neuvième séance et dixième : Les BRICS  ou les pays émergents et leur stratégie par rapport aux grandes puissances dans le cadre du développement durable. Les stratégies de pouvoir et les contradictions.

Onzième et douzième séances : récapitulation générale et examen.

Pour chaque séance, les étudiants ont présenté des petits exposés qui portaient sur le développement durable et l’écologie dans les différents pays u monde : les pays scandinaves, la France, le Brésil, l’Iran, l’Algérie et la France ainsi que le             Canada.

 

Programme du deuxième semestre : La culture de la Paix

D’après les Nations Unies, le développement durable est étroitement lié à la mise en place d’une culture de la Paix et nous savons que des pays développés et peu peuplés comme la Norvège et la Suède ont déjà mis en place dans leurs écoles des cours d’empathie et d’expression émotionnelle pour aider au développement d’un individu équilibré qui pourra contribuer au développement de la Paix dans sa société et dans le monde.

Nous pensons que pour des futurs citoyens et  responsables, il est important de connaître ces notions, même si elles apparaissent encore en décalage par rapport à ce qui se passe dans notre monde pétri de violence.

https://www.abri-memoire.org/ged/3-4-pages-histoire.pdf

https://www.grainesdepaix.org/fr/ressources-de-paix/dictionnaire-education-paix/culture_de_la_paix_1

http://www.irenees.net/bdf_fiche-notions-118_fr.html

 

Séance une : qu’est-ce que veut dire une culture de Paix : réflexions et définitions.

 

Séance deux et trois : valeurs et attitudes liées à la Paix. Il s’agira ici de revenir sur les valeurs qui peuvent aider à construire la paix  d’abord chez l’individu puis dans les sociétés. On développera notamment l’importance de la vraie connaissance et de la véritable information.

 

Séance quatre : les outils de la Paix. En nous aidant de certaines ressources internet qui font le point sur les théories et les outils pratiques proposés pour aider à construire la paix, nous en présenterons quelques-uns à nos étudiants en les discutant et en les analysant.

 

Séance cinq : Les outils de la Paix (suite)

 

Séance six : le cercle comme modèle de relations humaines. Ce modèle vient contrecarrer celui de la pyramide hiérarchisée qui se situe dans le cadre d’une société basée sur des relations de pouvoir et sur la nécessité de le garder et cela coûte que coûte.

Séance sept : les prédécesseurs et bâtisseurs de la notion de Paix : présentation générale.

Séance huit : La notion de Paix en Islam et l’importance de la négociation , du dialogue entre communautés.

Séance neuf : Hailé Sélassié et la société des nations, Nelson Mandéla et Ghandi ( Cette séance ne sera pris en charge que si l’année universitaire arrive à cette date)

 

 

Module : conférence  Textes politiques

Mme GHEBALOU Yamilé

Professeur ENSSP

 myalidourose@gmail.com

Première année groupes 4 et 5

Séance numéro 4

 

Bonjour chers étudiants. Je vous souhaite un très bon ramadan .

Je vous recommande encore une fois de respecter le confinement et d’éviter trop de contacts sociaux même si cela nous manque.

Il s’agit aujourd’hui de la séance 4 de notre cours du second semestre.

« Il faut apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons périr ensemble comme des imbéciles » Martin Luther King. "Une culture de la non-violence et de la paix favorise le respect de la vie et de la dignité de chaque être humain sans préjugé ni discrimination d’aucune sorte".

 

 

Tout d’abord, Il y a une évaluation obligatoire qui fera partie des notes  retenues dans le contrôle continu et pour le calcul de la moyenne finale pour le module.

Evaluation notée et obligatoire : tous les étudiants du groupe 4 et 5 doivent m’envoyer avant le 7 mai :

  • Un résumé des idées essentielles du cours du deuxième semestre, tout ce qu’ils ont bien compris. Cela doit être un paragraphe de 10 lignes avec une introduction et une conclusion comme nous l’avons vu en cours.
  • Une série de questions (10 questions) sur ce qu’ils n’ont pas compris avec les outils d’interrogation vus en cours.

 

Séance numéro 4

Nous avons commencé à voir, dans les séances précédentes les valeurs et les attitudes sociales qui favorisent la Paix positive chez l’individu et ensuite dans la société.

Nous avons également vu le rôle des éducateurs, que ce soient les parents ou l’école. Nous avons également vu des exemples de ces choix fait par les pays nordiques par exemples ( je rappelle que la Scandinavie est également très en avance pour ce qui est du développement durable, d’ailleurs la Norvège a décidé d’interdire l’abattage du bois sur son territoire pour protéger la forêthttps://www.demotivateur.fr/article/norvege-deforestation-interdiction-foret-6098 ; elle a pris de nombreuses autres décisions pour préparer le monde de demain notamment dans l’éducation).

Nous avons commencé à voir quelques moyens ou outils permettant d’éduquer les enfants dans le sens d’une paix positive.

1 /La dimension psychologique et émotionnelle doit être prise en considération de manière plus suivie car elle est une clé essentielle pour changer les relations que l’homme a avec lui-même et avec les autres. La première relation (avec soi) détermine celle que l’on a avec les autres.

 



 

On voit à travers ce schéma que l’estime de soi est essentielle pour construire une personnalité équilibrée. Une éducation bienveillante, non basée sur la culpabilité permet de renforcer l’amour de soi, la confiance en soi et l’estime de soi qui sont à l’origine d’une perception positive des autres, et facilite ainsi les inter-relations.

2/Il faut aussi savoir que la communication est un processus complexe. On sait aujourd’hui que lors d’un échange verbal entre deux individus seul dix pour cent de la communication arrive à l’autre (10%)

 



 

Ce schéma  donne une idée de ce processus et de la déperdition qui l’accompagne.

Ce sont des éléments qui doivent maintenant être mis à la portée de tous de manière à ce que la conscience de soi, puis des autres dans les relations puissent grandir et apaiser l’ambiance sociale dans les sociétés de manière générale.

3/L’homme est multidimensionnel et il est nécessaire que son éducation cible les divers aspects de sa personnalité et ne l’amène pas à refouler ses émotions.

L’éducation , surtout dans les écoles , mais aussi dans les familles doit se libérer des aspects idéologiques contraignants, avilissants et violents pour permettre d’intégrer de manière apaisée des normes sociales au sein duquel l’individu peut s’exprimer sans craindre la violence verbale ou physique.

La bienveillance

La bienveillance est une valeur humaine, une attitude et une compétence essentielles dans une éducation de qualité.

  • La bienveillance comme valeur humaine est celle de donner valeur à la personne malgré des erreurs, bêtises ou faiblesses passagères.
  • La bienveillance est aussi l'attitude qui veille au bien de l’autre de cette manière.
  • En éducation, la bienveillance est en outre la compétence de savoir comment veiller au bien des élèves - par la compréhension face à leurs faiblesses, erreurs ou bêtises  et avec la volonté de leur donner les moyens et le temps de progresser selon leurs capacités.

La bienveillance diffère de l'indulgence - attitude qui accepte les erreurs et bêtises, sans volonté particulière d'aider les élèves à progresser.

La bienveillance est fondée sur la capacité à ressentir, de manière empathique, ce dont l’autre aurait besoin pour une évolution favorable. Dans une éducation de qualité, la bienveillance vise à renforcer l’estime de soi et la construction de soi des élèves afin de favoriser l’évolution espérée.

 Donc , quatre types de compétences sont travaillés en particulier:

L'HUMAIN - LE DISCERNEMENT - LA RÉSOLUTION CRÉATIVE - L'ENGAGEMENT

Ces quatre compétences sont essentielles pour l'éducation au 21e siècle pour:

  • pour faire grandir les élèves
  • prévoir, prévenir et faire disparaître la violence
  • permettre aux élèves de devenir des acteurs du changement
  • distinguer les êtres humains des robots.

C'est une éducation à la vie qui renforce les compétences de chacun à agir humainement, à réfléchir avec justesse, à formuler des solutions créatives face aux enjeux actuels et à s'engager pour le devenir du monde.

BON COURAGE. J’ATTENDS VOS DEVOIRS SUR MON ADRESSE MAIL :

myalidourose@gmail.com

 

Professeur Ghebalou

 <myalidourose@gmail.com>

les groupes 4 et 5 de première année

Cinquième séance : les outils de la paix. (suite)

le lien: http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1379.pdf

 

Module : conférence  Textes politiques

Mme GHEBALOU Yamilé

Professeur ENSSP

 myalidourose@gmail.com

Première année groupes 4 et 5

Séance numéro 7

le lien:  http://www.enssp.dz/sites/default/files/fichiers/1411.pdf

Module : Textes politiques en français

Année : Première année 

Groupe : 3

Enseignante : R. ABBAD

Mail : abbad.enssp@gmail.com

Cours de la séance  6

-Vous devez donner votre point de vue sur le texte de N.sarkozy  en évoquant  les différents  éléments  analysés   pronoms, verbes, champs lexicaux …etc  (envoyé le travail à mon adresse mail, il sera noté).

- Vous devez  envoyer  les fiches de lecture du roman choisi   avant le 26 avril.

 

Module : Textes politiques en français

Fatma-Zohra KOUCHKAR FERCHOULI

HDR / MCA 

 <fz_ferchouli@yahoo.fr>

 

École Nationale Supérieure de Sciences Politiques
11, chemin Doudou Mokhtar, Ben Aknoun, Alger, 16 000

 

https://scholar.google.fr/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=fatma+zohra+kouchkar+ferchouli&oq=Fatma-

 

Penser positif

 

 

 

Dans le monde d’aujourd’hui, chacun ou presque, gilet jaune ou gilet doré, ne se préoccupe plus que de lui-même ; chacun pense que tout lui est dû, que tout ce qui est vital doit lui être fourni gratuitement, que personne ne peut le priver du superflu et qu’il a même le droit de le considérer comme vital. Et pourtant, même parmi les gilets dorés, presque personne ne se reconnaît comme riche ; chacun ne voit que ce qui lui manque ; et se plaint de ne pas avoir les moyens de vivre toutes ses envies.

De fait, aujourd’hui, presque partout dans le monde, la plupart des biens vitaux (la nourriture, l’habillement, l’équipement ménager, le transport collectif) sont beaucoup moins coûteux qu’avant. Certes, certains biens vitaux (logement, la santé, l’éducation le transport individuel) restent hors de portée des plus démunis et supposent de la solidarité entre gilets jaunes et gilets dorés.

De plus, des biens nouveaux (ordinateurs, tablettes, téléphones mobiles, jeux vidéo, abonnements à des plateformes) se sont glissés dans les besoins vitaux, parce que nul n’imagine de s’en priver. Ce qui réduit la part du revenu disponible pour financer les autres biens vitaux. D’où le sentiment, trompeur, que le pouvoir d’achat de chacun est en baisse, que les impôts sont un vol et les dépenses publiques un dû.

Or, le pouvoir d’achat n’est pas en baisse. Il est seulement très inégalement, très injustement réparti. Et les dépenses publiques, que finance l’impôt, ne sont pas un dû pour les vivants d’aujourd’hui ; et elles sont aussi essentielles au bien-être d’autres que les gilets jaunes et les gilets dorés : les générations futures.

Or, tant que nous n’avons pas changé de modèle de développement, le bien être d’aujourd’hui nuira à celui de demain : Plus de consommation pille les ressources des générations futures. Plus de justice sociale dégrade leur environnement. Et inversement, réduire les émissions de gaz à effet de serre pour demain aggrave les injustices d’aujourd’hui. Ainsi, augmenter les taxes sur le carbone, pour préparer l’avenir, est inévitablement contraire aux intérêts immédiats des vivants d’aujourd’hui.

Préparer l’avenir ne peut donc être fait qu’au détriment de la satisfaction des désirs immédiats des contemporains, gilets d’or et gilets jaunes confondus.

Pour dépasser cette contradiction, il faut passer au plus vite à un modèle de développement positif, où le bien-être d’aujourd’hui ne nuise pas à celui de demain. Et en particulier où la réduction des injustices dans le présent ne nuise pas à l’environnement dans le futur.

Cela suppose de réduire massivement notre dépendance aux énergies polluantes, pétrole et charbon ; et de diminuer au plus vite notre consommation d’autres produits considérés aujourd’hui comme vitaux et qui seront reconnus demain comme mortels, tels la viande de bœuf, le sucre et tant d’autres. Cela suppose aussi d’orienter la consommation vers les biens immatériels plutôt que matériels ; et, surtout, d’apprendre à découvrir qu’on peut avoir du plaisir à être altruiste.

Plus généralement, cela suppose d’aider chacun (plus les gilets jaunes que les gilets dorés) à réconcilier ses exigences d’aujourd’hui avec celles de ses enfants, à trouver plus de bonheur à préparer l’avenir qu’à gaspiller le présent, à définir ce qu’il attend des autres, et ce qu’il est prêt à faire pour contribuer à leur bonheur.

Cela s’appelle être positif. Et, en soi, cela rend heureux.

j@attali.com

 

 

Lisez attentivement ce texte puis répondez aux questions suivantes.

  1. A qui envoient chacune de ces deux expressions ?

- « gilets jaunes » : …………………………………………………………………………………………………………........

………………………………………………………………………………………………………………………………………………

- « gilets dorés » : ……………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

  1. Que faut-il entendre par « les besoins vitaux » ? ……………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

  1. Pourquoi les gens ont aujourd’hui le sentiment que leur pouvoir d’achat est en baisse ? ………

………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

  1. Expliquez le 5ème paragraphe (« Or, tant que nous n’avons pas changé ……………………..……….. des vivants d’aujourd’hui » ? ……………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………..………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

  1. Comment comprenez-vous cette phrase du texte : « Préparer l’avenir ne peut donc être fait qu’au détriment de la satisfaction des désirs immédiats des contemporains, gilets d’or et gilets jaunes confondus. » ……………………………………………………………………………...

………………………..…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

  1. Quelle leçon, l’auteur Jacques Attali veut-il faire passer à travers ce texte ? ………….

………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………..

 

  1. Donnez un autre titre au texte :

……………………………….………………

 

Enseignante : R. ABBAD

Mail : abbad.enssp@gmail.com

Module : Textes politiques en français

Année : Première année  

Groupe : 3

Séance 7

  • Un rappel  de quelques  figures de rhétoriques (9 figures)

1-l’Anaphore :

L’anaphore consiste donc en la répétition du même mot ou d’un même groupe de mots en tête d’une phrase ou d’un vers.

Exemple :

 Il n’ya pas d’amour qui ne soit à douleur

Il n’ya pas d’amour dont on ne soit meurtri

Il n’ya pas d’amour dont on ne soit flétri.  (Louis Aragon)

2-L’Hyperbole :

L’Hyperbole  amplifie les termes d’un énoncé afin de mettre en valeur un objet ou une idée. Elle procède donc de l’exagération et de l’emphase.

Exemple : « La liberté, c’est le bonheur, c’est la raison, c’est l’égalité, c’est la justice,[…], c’est votre sublime constitution »Camille Desmoulins.

3-L’Énumération

L’énumération  consiste à détailler successivement les différentes parties d’un tout que l’on veut décrire.

Exemple : « Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons, formaient une harmonie telle qu’il n’y en eut jamais en enfer. » (Voltaire, Candide, chapitre 3)
4-L’Oxymore :

L’Oxymore  c’est la réunion dans une même expression de deux termes contradictoires.

Exemple : « cette obscure clarté qui tombe des étoiles  ». Pierre Corneille.

5-L’Euphémisme :

L’euphémisme est une figure par laquelle on atténue l’expression d’une idée pour en masquer le caractère déplaisant, brutal, triste, vulgaire, douloureux, etc. On énonce indirectement une idée odieuse (par exemple, l’idée de la mort) pour atténuer son effet (la peur et la tristesse pour la mort).

Exemple : On dira «  rendre le dernier soupir  » pour éviter le mot mourir.

6-La Métaphore : 

La Métaphore  consiste à utiliser un mot à la place d’un autre, sur la base de la ressemblance ou de l’opposition.

Exemple : Un gros serpent de fumée noire .Guy de Maupassant.

7-La personnification

La personnification est une figure de style par laquelle on prête des qualités humaines à une chose, une idée ou un animal.

Exemple : « Avec quelle rigueur, Destin, tu me poursuis  » .Jean Racine.

8-L’Antiphrase

L ’antiphrase est une figure de style par laquelle on dit quelque chose dans le but d’exprimer le contraire de ce que l’on pense réellement, afin de créer un effet d’ironie ou de dénoncer quelque chose.

Exemple : Quel courage ! (peut en fait dénoncer la lâcheté de quelqu’un)

9-La Comparaison :

La comparaison rapproche deux idées ou deux objets (ou encore un objet et une idée) : un rapport d’analogie est établi entre ces deux idées ou ces deux objets. La comparaison comprend toujours au moins deux termes : un comparé (ce que l’on compare) et un comparant (ce qui sert à comparer).
Exemple : « L’absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu. » (La Rochefoucauld, Maximes, 276)

 

 

Enseignante : R. ABBAD

Mail : abbad.enssp@gmail.com

Module : Textes politiques en français

Année : Première année  

Groupe : 3

Séance 8

Discours prononcé par Martin Luther King, Jr, sur les marches du Lincoln Memorial, Washington D.C., le 28 août 1963.

“Je suis heureux de me joindre à vous aujourd’hui pour participer à ce que l’histoire appellera la plus grande démonstration pour la liberté dans les annales de notre nation.

Il y a un siècle de cela, un grand Américain qui nous couvre aujourd’hui de son ombre symbolique signait notre Proclamation d’Émancipation. Ce décret capital se dresse, comme un grand phare illuminant d’espérance les millions d’esclaves marqués au feu d’une brûlante injustice. Ce décret est venu comme une aube joyeuse terminer la longue nuit de leur captivité.

Mais, cent ans plus tard, le Noir n’est toujours pas libre. Cent ans plus tard, la vie du Noir est encore terriblement handicapée par les menottes de la ségrégation et les chaînes de la discrimination. Cent ans plus tard, le Noir vit à l’écart sur son îlot de pauvreté au milieu d’un vaste océan de prospérité matérielle. Cent ans plus tard, le Noir languit encore dans les coins de la société américaine et se trouve exilé dans son propre pays.

C’est pourquoi nous sommes venus ici aujourd’hui dénoncer une condition humaine honteuse. En un certain sens, nous sommes venus dans notre capitale nationale pour encaisser un chèque. Quand les architectes de notre République ont magnifiquement rédigé notre Constitution de la Déclaration d’Indépendance, ils signaient un chèque dont tout Américain devait hériter. Ce chèque était une promesse qu’à tous les hommes, oui, aux Noirs comme aux Blancs, seraient garantis les droits inaliénables de la vie, de la liberté et de la quête du bonheur.

Il est évident aujourd’hui que l’Amérique a manqué à ses promesses à l’égard de ses citoyens de couleur. Au lieu d’honorer son obligation sacrée, l’Amérique a délivré au peuple Noir un chèque en bois, qui est revenu avec l’inscription “ provisions insuffisantes ”. Mais nous refusons de croire qu’il n’y a pas de quoi honorer ce chèque dans les vastes coffres de la chance, en notre pays. Aussi, sommes-nous venus encaisser ce chèque, un chèque qui nous donnera sur simple présentation les richesses de la liberté et la sécurité de la justice.

Nous sommes également venus en ce lieu sacrifié pour rappeler à l’Amérique les exigeantes urgences de l’heure présente. Ce n’est pas le moment de s’offrir le luxe de laisser tiédir notre ardeur ou de prendre les tranquillisants des demi-mesures. C’est l’heure de tenir les promesses de la démocratie. C’est l’heure d’émerger des vallées obscures et désolées de la ségrégation pour fouler le sentier ensoleillé de la justice raciale. C’est l’heure d’arracher notre nation des sables mouvant de l’injustice raciale et de l’établir sur le roc de la fraternité. C’est l’heure de faire de la justice une réalité pour tous les enfants de Dieu. Il serait fatal pour la nation de fermer les yeux sur l’urgence du moment. Cet étouffant été du légitime mécontentement des Noirs ne se terminera pas sans qu’advienne un automne vivifiant de liberté et d’égalité.

1963 n’est pas une fin, c’est un commencement. Ceux qui espèrent que le Noir avait seulement besoin de se défouler et qu’il se montrera désormais satisfait, auront un rude réveil, si la nation retourne à son train-train habituel.

Il n’y aura ni repos ni tranquillité en Amérique jusqu’à ce qu’on ait accordé au peuple Noir ses droits de citoyen. Les tourbillons de la révolte ne cesseront d’ébranler les fondations de notre nation jusqu’à ce que le jour éclatant de la justice apparaisse.

Mais il y a quelque chose que je dois dire à mon peuple, debout sur le seuil accueillant qui donne accès au palais de la justice : en procédant à la conquête de notre place légitime, nous ne devons pas nous rendre coupables d’agissements répréhensibles.

Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de liberté en buvant à la coupe de l’amertume et de la haine. Nous devons toujours mener notre lutte sur les hauts plateaux de la dignité et de la discipline. Nous ne devons pas laisser nos revendications créatrices dégénérer en violence physique. Sans cesse, nous devons nous élever jusqu’aux hauteurs majestueuses où la force de l’âme s’unit à la force physique.

Le merveilleux esprit militant qui a saisi la communauté noire ne doit pas nous entraîner vers la méfiance de tous les Blancs, car beaucoup de nos frères blancs, leur présence ici aujourd’hui en est la preuve, ont compris que leur destinée est liée à la nôtre. L’assaut que nous avons monté ensemble pour emporter les remparts de l’injustice doit être mené par une armée bi-raciale. Nous ne pouvons marcher tout seul au combat. Et au cours de notre progression il faut nous engager à continuer d’aller de l’avant ensemble. Nous ne pouvons pas revenir en arrière.

Il y a des gens qui demandent aux militants des Droits Civiques : “ Quand serez-vous enfin satisfaits ? ” Nous ne serons jamais satisfaits aussi longtemps que le Noir sera la victime d’indicibles horreurs de la brutalité policière. Nous ne pourrons être satisfaits aussi longtemps que nos corps, lourds de la fatigue des voyages, ne trouveront pas un abri dans les motels des grandes routes ou les hôtels des villes.

Nous ne pourrons être satisfaits aussi longtemps que la liberté de mouvement du Noir ne lui permettra guère que d’aller d’un petit ghetto à un ghetto plus grand. Nous ne pourrons être satisfaits aussi longtemps que nos enfants, même devenus grands, ne seront pas traités en adultes et verront leur dignité bafouée par les panneaux “ Réservé aux Blancs ”. Nous ne pourrons être satisfaits aussi longtemps qu’un Noir du Mississippi ne pourra pas voter et qu’un Noir de New-York croira qu’il n’a aucune raison de voter. Non, nous ne sommes pas satisfaits et ne le serons jamais, tant que le droit ne jaillira pas comme l’eau, et la justice comme un torrent intarissable.

Je n’ignore pas que certains d’entre vous ont été conduis ici par un excès d’épreuves et de tribulations. D’aucuns sortent à peine d’étroites cellules de prison. D’autres viennent de régions où leur quête de liberté leur a valu d’être battus par les orages de la persécution et secoués par les bourrasques de la brutalité policière. Vous avez été les héros de la souffrance créatrice. Continuez à travailler avec la certitude que la souffrance imméritée vous sera rédemptrice.

Retournez dans le Mississippi, retournez en Alabama, retournez en Caroline du Sud, retournez en Géorgie, retournez en Louisiane, retournez dans les taudis et les ghettos des villes du Nord, sachant que de quelque manière que ce soit cette situation peut et va changer. Ne croupissons pas dans la vallée du désespoir.

Je vous le dis ici et maintenant, mes amis, bien que, oui, bien que nous ayons à faire face à des difficultés aujourd’hui et demain je fais toujours ce rêve : c’est un rêve profondément ancré dans l’idéal américain. Je rêve que, un jour, notre pays se lèvera et vivra pleinement la véritable réalité de son credo : “ Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes que tous les hommes sont créés égaux ”.

Je rêve qu’un jour sur les collines rousses de Géorgie les fils d’anciens esclaves et ceux d’anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Je rêve qu’un jour, même l’État du Mississippi, un État où brûlent les feux de l’injustice et de l’oppression, sera transformé en un oasis de liberté et de justice.

Je rêve que mes quatre petits-enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve qu’un jour, même en Alabama, avec ses abominables racistes, avec son gouverneur à la bouche pleine des mots “ opposition ” et “ annulation ” des lois fédérales, que là même en Alabama, un jour les petits garçons noirs et les petites filles blanches pourront se donner la main, comme frères et sœurs. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve qu’un jour toute la vallée sera relevée, toute colline et toute montagne seront rabaissées, les endroits escarpés seront aplanis et les chemins tortueux redressés, la gloire du Seigneur sera révélée à tout être fait de chair.

Telle est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud.

Avec cette foi, nous serons capables de distinguer dans la montagne du désespoir une pierre d’espérance. Avec cette foi, nous serons capables de transformer les discordes criardes de notre nation en une superbe symphonie de fraternité.

Avec cette foi, nous serons capables de travailler ensemble, de prier ensemble, de lutter ensemble, d’aller en prison ensemble, de défendre la cause de la liberté ensemble, en sachant qu’un jour, nous serons libres. Ce sera le jour où tous les enfants de Dieu pourront chanter ces paroles qui auront alors un nouveau sens : “ Mon pays, c’est toi, douce terre de liberté, c’est toi que je chante. Terre où sont morts mes pères, terre dont les pèlerins étaient fiers, que du flanc de chacune de tes montagnes, sonne la cloche de la liberté ! ” Et, si l’Amérique doit être une grande nation, que cela devienne vrai.

Que la cloche de la liberté sonne du haut des merveilleuses collines du New Hampshire !

Que la cloche de la liberté sonne du haut des montagnes grandioses de l’État de New-York !

Que la cloche de la liberté sonne du haut des sommets des Alleghanys de Pennsylvanie !

Que la cloche de la liberté sonne du haut des cimes neigeuses des montagnes rocheuses du Colorado !

Que la cloche de la liberté sonne depuis les pentes harmonieuses de la Californie !

Mais cela ne suffit pas.

Que la cloche de la liberté sonne du haut du mont Stone de Géorgie !

Que la cloche de la liberté sonne du haut du mont Lookout du Tennessee !

Que la cloche de la liberté sonne du haut de chaque colline et de chaque butte du Mississippi ! Du flanc de chaque montagne, que sonne la cloche de la liberté !

Quand nous permettrons à la cloche de la liberté de sonner dans chaque village, dans chaque hameau, dans chaque ville et dans chaque Etat, nous pourrons fêter le jour où tous les enfants de Dieu, les Noirs et les Blancs, les Juifs et les non-Juifs, les Protestants et les Catholiques, pourront se donner la main et chanter les paroles du vieux Negro Spiritual : “ Enfin libres, enfin libres, grâce en soit rendue au Dieu tout puissant, nous sommes enfin libres ! ”. »

Source : https://www.jeuneafrique.com/168911/politique/i-have-a-dream-le-texte-int-gral-en-fran-ais-du-discours-de-martin-luther-king/.

Lisez attentivement ce texte puis répondez aux questions suivantes :

-Qui est Martin Luther King ?

- A qui s’adresse-t-il ?

-Pourquoi ?

-Cherchez  les mots difficiles dans le dictionnaire.

-Relevez les figures de rhétoriques qui se trouvent dans le texte.

-A votre avis pourquoi ce texte comporte des redondances ?